Pages Navigation Menu

Biomasse : le Grand port de Marseille lance un projet de valorisation des fumées industrielles

Le Grand Port Maritime de Marseille a lancé mercredi 12 octobre 2016 un projet d’expérimentation de valorisation des fumées industrielles baptisé Vasco 2.

 

 

Lauréat de l’appel à projet « Bioressources, Industries et Performance » lancé par l’Ademe en 2014, Vasco 2 est une initiative portée par l’Ifremer et coordonnée par le Grand Port Maritime de Marseille avec l’appui de 11 partenaires (industriels, centres de recherches, start-up, institutions, …).

Le projet, qui se déroulera jusqu’à fin 2018, ambitionne de produire du biocarburant à partir d’algues dont la culture recyclera le CO2 des fumées industrielles.

 

Biocarburant de 3e génération 

Le projet de recherche Vasco 2 est une expérimentation de valorisation des fumées de type industriel en biocarburant. Il repose sur le recyclage du CO2 dans la culture de micro-algues destinées à la production à grande échelle d’un biocarburant de troisième génération.

Différentes études ont permis d’identifier de nouvelles souches micro-algales prometteuses, faciles à cultiver et permettant une production en grande quantité. Ces organismes présentent une forte capacité d’accumulation des lipides et de fixation du CO2 par photosynthèse qui, associée à un rendement d’exploitation élevé à l’hectare, en font une bio-ressource végétale prometteuse.

 

Des fumées industrielles à la production de biocarburant 

Les fumées industrielles des entreprises partenaires du projet seront utilisées pour alimenter les algues en CO2 via de grands bassins de culture construits dans la zone industrielle de Fos-sur-Mer. Un premier bassin de 160 m2 a été installé sur le site du chimiste Kem One et devrait être complété en 2017 par les sites d’Arcelormittal (sidérurgie) et Solamat-Merex (traitement de déchets).

A terme de leur croissance, les microalgues seront récoltées, mélangées puis envoyées pour valorisation au CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) de Grenoble. Ce dernier les transformera par liquéfaction hydrothermale en biobrut, carburant de type pétrole, avant d’en confier la raffinerie à Total, autre partenaire du projet.

 

Magali Devèze, chef du département Environnement et Aménagement du port de Marseille, estime que le projet Vasco 2 va « contribuer à la transition énergétique » tout en permettant de « développer des filières économiques nouvelles en lien avec celles qui existent déjà ».