Pages Navigation Menu

Traitement des eaux : L’unité d’épuration et d’injection de biogaz d’Aquapôle est opérationnelle

Traitement des eaux : L’unité d’épuration et d’injection de biogaz d’Aquapôle est opérationnelle

Mise en service en juillet 1988, Aquapôle, la station d’épuration de Grenoble qui traite les eaux usées d’environ 460.000 habitants de l’agglomération a inauguré le 24 septembre 2016 une nouvelle Unité d’épuration de biogaz et d’injection de biométhane pour valoriser ses boues résiduelles.

 

 

Cette unité de traitement, la 2eme du type en France, produit du biogaz après digestion des boues résiduelles de la station. Epuré par technologie membranaire, le biogaz transformé en biométhane est destiné à être reinjecté en partie dans le réseau de gaz naturel. Après des premiers essais concluants début 2016, l’unité entre désormais dans sa phase opérationnelle.

 

De l’épuration à la valorisation des ressources

La station d’assainissement des eaux d’Aquapole absorbe chaque jour environ 230 000 m³ d’eaux usagées pour les dépolluer avant leur rejet en milieu naturel. Ce traitement génère chaque année plusieurs milliers de tonnes de boues résiduelles.

Auparavant brûlées, les boues résiduelles seront prochainement valorisées via la nouvelle unité d’épuration pour produire du biogaz et leur volume final en sera fortement réduit. Aquapole estime pouvoir traiter 9000 tonnes de boues par an, soit une réduction en volume de 30 à 35%, pour une production journalière de 10 000 m3 de biogaz.

Une partie du biogaz produit est directement utilisée par Aquapole comme combustible d’appoint pour le fonctionnement de son incinérateur de boues résiduelles, permettant l’économie de 350 m3 de fioul par an (l’équivalent de 3500 tonnes de CO2).

Le surplus de biogaz est purifié et transformé en biométhane puis injecté dans le réseau de gaz de l’agglomération par Aquabiogaz qui perçoit les recettes associées. L’injection du biogaz dans le réseau gaz de distribution (17 GWh/an) doit permettre d’alimenter l’équivalent de 2 500 foyers.

Gaz Electricité de Grenoble (GEG), énergéticien grenoblois, étudie par ailleurs la possibilité de transformer ce biogaz en bioGNV pour équiper les bus de l’agglomération grenobloise.

 

Financement du projet :

Le budget total de modernisation de la station d’épuration Aquapôle (qui inclut un volet sur la nitrification et la désodorisation du site) représente un investissement cumulé de 50 M€.

La part de la nouvelle Unité d’épuration du biogaz et d’injection du biométhane représente un coût global de 16,6M d’€ (33% du total) qui se ventile ainsi :

  • 13,8M d’€ pour la méthanisation, financés par la Métropole (66,3%), l’Agence de l’eau (26,4 %) et la Région (7,2 %)
  • 3M d’€ pour la valorisation du biogaz, financé par Aquabiogaz

Aquabiogaz, filiale créée par GEG ENeR (70 % du capital) et Degremont Services (30 %) qui construira l’unité de valorisation du biogaz a obtenu un contrat d’exploitation d’une durée de 15 ans.